Le Nouveau, Tracy Chevalier

Claja Bendery17:29 (il y a 0 minute)
À moi
📖

Le « nouveau », c’est le nouvel élève d’école primaire que nous avons tous connu, ou que nous avons été, celle ou celui qui arrive en cours d’année et susicte toutes les curiosités.

Mais ce nouvel élève est noir, le seul  élève noir de l’établissement, et nous sommes dans l’Amérique raciste des années 70.

Il se prénomme Osei. C’est un élève de CM2, qui intègre un établissement de la banlieue de Washington au mois de juin 1974. Un établissement scolaire fréquenté par des élèves issus de familles blanches traditionnelles et conservatrices.

Fils d’un diplomate ganhéen, il est habitué aux changements d’établissement au gré des affectations de son père. Chaque école pour lui est identique. Il est toujours victime de réactions de rejet, d’hostilité et de racisme. Il ne se fait jamais d’ami(e)s.

Cette école va faire exception (une seule): une élève, Dee, une blonde populaire, va s’intéresser à lui, l’observant dans un 1er temps avec bienveillance.

Une relation très forte se noue entre eux, très rapidement.

Mais Osei dérange, intrigue, fait l’objet de toutes les attentions, de tous les fantasmes, de commentaires ouvertement racistes et sa relation avec Dee va quant à elle déranger l’ordre établi.

Ian, élève malveillant (la terreur des cours de récré…), le perçoit d’emblée comme une menace…

Le roman se déroule sur une journée. Il est la transposition moderne d’ « Othello » dans une école primaire (tragédie qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu ou de connaître pour apprécier le roman).

Unité de temps, d’action, de lieu, 5 actes, les règles de la tragédie classique sont respectées. (Osei est Othello, Dee, Desdémone et Ian, Iago)

On y retrouve les thèmes de l’amour, de la jalousie, de la vengeance et de la trahison.

Je trouvais cette idée de transposition moderne très séduisante et si elle est réussie, si la tension ne cesse de monter, j’ai cependant un bémol. Les personnages sont matures pour des élèves de CM2, très matures et trop éloignés des préoccupations d’enfants de leur âge. Et c’est fort dommage car j’ai eu du mal à trouver cet aspect là crédible. Le roman et l’exercice de transposition auraient gagné à ce que la psychologie et le comportement des personnages soient en adéquation avec leur âge. Mais c’est seulement un bémol car j’ai trouvé cette transposition très intéressante et prenante. Et les thèmes abordés y sont fort bien traités. On y ressent toute la difficulté d’être différent, quelle que soit cette différence.

Le Nouveau, Tracy Chevalier, Editions Phebus, Traduction David Fauquemberg, 221 pages

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s